Le saviez-vous ?

 

 

            Le choix du verre :

 

On ne déguste pas le champagne dans n’importe quel verre...

 

IMPORTANT :

 

Il doit être de préférence de la forme « tulipe » afin de pouvoir conserver ses arômes et faciliter la formation des bulles depuis le fond du verre qui viendront s’éclater à la surface, formant un cordon de bulles sur le pourtour du verre.

 

Par verre, 2 millions de bulles se forment en moyenne en présence d’un champagne jeune et vif...

 

Cette effervescence est le fait d’un gaz carbonique « naturel », que les levures et le sucre des jus ont favorisé à l’intérieur de la bouteille pendant la seconde fermentation.

 

 

Le verre doit être rempli aux 2/3, pas au-delà, afin de permettre aux bulles d’évoluer et de conserver une température constante le plus longtemps possible.

 

Le verre doit être fin également pour favoriser les sensations gustatives.

 

Un champagne se déguste. Il ne se boit pas !

 

 

Enfin, ce que peu savent : pour que le CHAMPAGNE puisse conserver ses vertus, notamment son effervescence naturelle et ainsi manifester tout son potentiel aromatique, la « propreté » du verre est essentielle.

 

Le verre sera lavé auparavant à l’eau chaude et rincé sans produit de lavage afin de conserver une parfaite neutralité.

 

Il sera séché par simple égouttage et stocké debout.

 

Les résidus chimiques des produits de lavage sont destructeurs: ils « éteignent » la mousse du champagne qui devient « plat », perdant la magie des bulles...

 

            L'ouverture de la bouteille : 

 

Avant de déguster un champagne, encore faut-il que la bouteille soit ouverte correctement.

 

C’est un rituel que beaucoup redoutent s’ils ne pratiquent pas régulièrement.

 

Et pourtant rien de plus simple...

 

Débarrassée de sa surcapsule étain appelée « coiffe », la bouteille inclinée à 45° se verra retirer son muselet en « détortillant » la boucle métallique.

 

À ce moment-là précis, vous maintenez fermement le bouchon avec votre pouce. Surveillez-le, car il peut à tout moment jaillir de la bouteille si le vin a voyagé ou s’il a subi des variations de température importantes.

 

C’est maintenant que vous tournerez la bouteille avec votre main tout en continuant à maintenir fermement le bouchon de votre autre main jusqu’à son éjection contrôlée..., mais ATTENTION, votre bouteille doit toujours rester dans la position initiale, à 45°.

 

Ne jamais lâcher le bouchon dès lors que le muselet est détaché...

 

 

Le meilleur reste à venir : la dégustation.

 

Celle-ci doit préalablement réunir toutes les conditions, à savoir : le verre « tulipe » pour le service du CHAMPAGNE et la température idéale de celui-ci, comme nous l’avons vu.

 

L’œil est d’abord sollicité, puis le nez, enfin le palais.

 

Seront perçus facilement la couleur, l’effervescence, les arômes, enfin les saveurs.

 

Chacun appréciera à sa mesure et la part de subjectivité peut être importante selon les conditions extérieures du moment.

 

Dans un endroit de fête et de convivialité, le champagne ne produira pas les mêmes « émotions » qu’une dégustation chez soi.

 

Au cours d’un apéritif ou entre amis par exemple, avant le déjeuner du midi, les papilles seront en éveil et le CHAMPAGNE VAZART-COQUART sublimera vos amis...

 

La sensation sera tout autre...

 

Seuls les GRANDS CHAMPAGNES procurent ces impressions multiples, car ils présentent une palette gustative évolutive au gré des circonstances...

Comme le CHAMPAGNE VAZART-COQUART...

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.